Les poules seraient-elles plus efficaces qu’un composteur ?

19 juin 2017

Les avantages que l’on peut tirer d’un élevage de poules sont nombreux. Récemment, il semblerait qu’il serait plus efficace qu’un composteur. Mythe ou réalité ?

Fumier de poules : fumier de qualité

Les fientes et les plumes peuvent composer un excellent fumier. Vu leurs teneurs en azote, en phosphate et en sels ammoniacaux, on parle ici de fumier de qualité premium.

La fiente

La fiente est un engrais de qualité supérieure. Elle est riche en minéraux et oligo-éléments. Il s’agit bien évidemment du calcium, du potassium, du phosphore et bien sur de l’azote.

Ce n’est pas tout, les plantes peuvent aussi absorber l’azote contenu dedans. En effet, il est disponible de suite pour les plantes. Les autres éléments fertilisants (qui sont présents dans les concentrations élevées) sont aussi rapidement disponibles. Pour les arbres, elles permettent un bon départ végétatif en offrant un apport équilibré et intéressant. De plus, une poule peut en produire 70kg par an. Plus la peine donc de chercher plus loin, voilà un engrais naturel et à moindre prix.

La plume

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la plume permet d’activer la décomposition des déchets végétaux dans le compost. Ceci est dû à sa forte teneur en azote (avoisinant les 11%). De plus, l’azote contenu dans le sang séché et le guano sont disponible de suite. Pour la farine de plume, la libération est plus lente. Il suffit donc juste d’acquérir un poulailler pour un fumier de qualité. Et pourquoi ne pas choisir le bon poulailler sur poulailler.org

Utilisation en compostage ou utilisation directe

Dans ce paragraphe, il s’agit exclusivement de l’utilisation des fientes. Il existe 2 manières d’en utiliser comme engrais :

L’utilisation en compostage

Il est nécessaire d’alterner les déchets du poulailler et des couches de déchets verts. Ces derniers sont par exemple des feuilles ou des tontes de pelouse. Il est à noter qu’un compost équilibré est constitué de 1/3 d’azote et de 2/3 de carbone. Pour atteindre cet équilibre, il est nécessaire d’arroser tous les 10 jours (et régulièrement bien sur) la plante.

Avant d’utiliser le compost, il doit être préparé. Il peut être préparé juste quelques semaines avant d’être utilisé. Concrètement, on alterne les déchets quelques semaines avant utilisation. Il s’agit ici du compost « à chaud ». Mais il y a aussi ce que l’on appelle le compost « à froid ». Pour cela, on le prépare 6 mois à l’avance. Avec ce temps de préparation assez long, le compost devient moins puissant. Cette technique est utilisée pour préparer le compost en hiver et l’utiliser au printemps suivant.

L’utilisation directe

Pour cette utilisation, comme son nom l’indique, elle se fait directement. Donc plus besoin de les composter. Il suffit juste de les incorporer à la terre. L’idéal est de la faire avec un copeau de bois ou de la paille. Ensuite, plus la matière organique se dégrade, plus le sol libère des éléments nutritifs. Il s’agit surtout des N, P et K ou azote, phosphore et potassium. Et le mélange de ces éléments nutritifs est bénéfique au sol à ne citer que son entretien en calcium. Il y a aussi un effet bénéfique sur la capacité d’échanges cationique.

Leave a Comment:

All fields with “*” are required

Leave a Comment:

All fields with “*” are required